Archives pour la catégorie Erasmus : Romane en Norvège

Articles publiés par Romane , élève de Terminale S qui est en Norvège dans le cadre d’un échange ERASMUS

Les différences entre la Norvège et la France

Et voilà déjà plus d’un mois que je suis en Norvège ! Le temps passe à une vitesse incroyable, je ne vois pas les jours passer. Il faut dire qu’ici le rythme de vie est totalement différent et j’ai donc du temps pour faire plus d’activités dans ma journée. Et le fait de découvrir cette nouvelle culture de jour en jour ne me laisse pas le temps de m’ennuyer ! Mais au lieu de vous raconter le déroulement de mon séjour, j’ai préféré changer le contenu de mon résumé cette fois-ci. Je vais vous parler des différences que j’ai pu remarquer, depuis mon arrivée, entre la France et la Norvège, sur divers sujets.
Système scolaire :
Je commence les cours à 8 heures à part le mardi et jeudi où je commence à 9h45. Cela ne change pas trop du système français. En revanche, les cours durent seulement 45 minutes. Je préfère très largement le système norvégien car j’ai remarqué que j’étais concentrée toute la durée du cours alors qu’en France, passé un certain moment, je décroche totalement et je ne suis plus aussi attentive. Grosse différence à noter est aussi le fait que la journée de cours termine toujours très tôt. L’heure la plus tardive à laquelle je finis est 16 heures et cela n’arrive qu’une seule fois par semaine, le lundi. Le mardi et le jeudi, je finis à 15h10 et le mercredi et le vendredi à 13h25. Je trouve également que ce fonctionnement est beaucoup plus productif car ça me permet de rester concentrée tout au long de la journée et j’ai beaucoup plus de temps qu’en France pour mon travail à la maison. Ce sont exactement les mêmes horaires pour les adultes, quelque soit leur métier. Les vacances sont, par conséquent, plus espacées que celles que l’on a en France et elles ne durent qu’une semaine. Par ailleurs, le lycée fournit un ordinateur au début de l’équivalent de la second jusqu’à notre départ de l’école. La wifi est fournie et la plupart des exercices et des cours se font sur internet. Les portables sont autorisés en cours, quelques profs demandent de les ranger à certains moments. Je trouve intéressant le fait que l’on nous fournisse un ordinateur car ça permet, tout d’abord, de mettre tout le monde sur un pied d’égalité, mais aussi d’aller plus vite sur le programme car l’échange de document (ou autres) se fait via un site conçu pour les lycées. De plus, je trouve les cours en Norvège beaucoup plus facile qu’en France et moins complexes. Enfin, en Norvège, tout le monde tutoie ses professeurs et les appelle par leur prénom. En effet, le vouvoiement n’existe pas dans ce pays et est uniquement utilisé si vous décidez d’aller parler au roi (c’est-à-dire presque jamais!). Je pense que c’est la chose la plus compliquée que j’ai eu à changer dans mes conversations car je pense que le vouvoiement, en France, est devenu un réflexe pour parler à une personne que vous ne connaissez pas ou plus âgées.
Nourriture :
Au niveau des repas, là aussi ce fût un grand changement pour moi. J’ai eu de la chance d’être déjà venue en Norvège car j’ai su ce qui m’attendait et je n’ai pas été étonnée. Le matin nous mangeons beaucoup et particulièrement de la nourriture salé (œufs, viandes, poisson …) que nous mettons sur des tartines de beurre. Mon petit déjeuner préféré pour l’instant est : tartines au beurre avec des tranches de saumon + œufs brouillés. Pour les boissons, pas vraiment de grand changement si ce n’est que les norvégiens boivent énormément de lait mais presque pas de jus d’orange. Ce gros petit déjeuner est justifié car le déjeuner est quasiment insignifiant comparé à la France. En effet, ma pause du midi quand je suis à l’école se fait de 11h20 à 11h50 et je mange uniquement un gros yaourt (considéré comme un plat pour les norvégiens) ou deux tartines avec du fromage et des tranches de jambon à toaster. Ce que je n’aime pas dans ce déjeuner c’est que la nourriture ne change jamais et n’est pas du tout variée. Le fait de manger le déjeuner devient très ennuyant au fil des jours. De plus, les norvégiens mangent énormément de pain et cela tous les jours, à tous les repas ! Je pense qu’à mon retour en France je ne vais plus vouloir entendre parler de baguette ! Nous mangeons très peu le midi car le dîner se fait directement après les cours, aux alentours de 16h pendant la semaine et un peu plus tard pendant les week-ends. C’est le seul vrai repas chaud de la journée, qui varie un peu (pas assez à mon goût par rapport à la France) plus régulièrement que le déjeuner. Nous remangeons le soir, un casse-croûte plus qu’un repas, qu’ils appellent « kveldsmat » qui signifie « nourriture du soir ». Au menu : encore et toujours du pain avec différents ingrédients à mettre dessus. La nourriture n’est pas très différente que celle de la France. Pour la plupart des plats, je les avais déjà goûtés avant. Par contre je mange plus de poisson et moins de viande car le poisson est beaucoup moins cher que la viande en Norvège. J’ai découvert quelques nouveaux plats à base de poisson comme les « fiskballs » (mot à mot : boules de poisson) que j’ai bien aimé mais qui ne sont pas très populaires chez les adolescents. Ici, le caviar est en tube et à tartiner sur le pain pour les casse-croûtes (et oui ce n’est pas le pays le plus riche du monde pour rien !). Je vais bientôt tester l’élan car la chasse est très répandue dans la ville où j’habite.
Mode de vie :
Pour ce qui est du déroulement de la journée, le fait de manger et de terminer les cours ou le travail très tôt permet de faire plein d’activités différentes en fin d’après-midi. Il y a du temps pour pratiquer son sport, faire ses devoirs, aller voir ses amis, sortir en ville etc.. et même regarder un film avant d’aller dormir. Ce mode de vie me plaît beaucoup car j’ai plus de temps à consacrer à autre chose que les études. Je m’y suis donc adaptée très vite. Je croise beaucoup de biches quand je rentre de l’école, par exemple. Elles viennent très près des habitations et traversent même les routes. Enfin, un autre gros changement pour moi est sûrement le fait qu’ici, l’économie d’énergie n’existe absolument pas. Les lumières restent allumées toute la journée et ne sont jamais éteintes, les norvégiens laissent couler l’eau quand ils se douchent, se lave les mains ou les dents. Le frigo peut rester ouvert très longtemps. J’ai trouvé quelque chose à leur apprendre : ne pas gaspiller ! Cela les amuse beaucoup quand je ferme les robinets ou leur fait une réflexion sur la pièce allumée où personne n’y est allé depuis deux heures. Le comportement, et en particulier la politesse, est un autre aspect différent qui m’a un peu perturbé les premiers jours. En effet les norvégiens ont une attitude envers les autres beaucoup moins polie mais cela est tout à fait normal ici et ils ne s’en rendent même pas compte car c’est leur éducation. Tout d’abord, ils ne se font jamais la bise ou d’accolade ou quoi que ce soit d’autre, ils se disent juste « Hei » (Bonjour) de loin et c’est suffisant. En revanche, la première fois que j’ai rencontré toutes ces nouvelles personnes, que ça soit dans ma famille ou à l’école, ils sont tous venus me serrer la main et se présenter. Même si en France on a l’habitude de se faire la bise tous les jours, les norvégiens eux viennent d’eux même se présenter quand ils ne connaissent pas la personne. Je pense que ce comportement aurait été différent en France car les français sont beaucoup plus timides selon moi et “moins sociable”. Depuis que j’ai rencontré tout le monde je dis juste « Hei » ou « Hallo », c’est beaucoup plus simple et ça me fait un gain de temps énorme ! Quant au célèbre « Merci », ma maman d’accueil est très heureuse à chaque fois que je l’a remercie, quand elle me passe le beurre à table par exemple, car elle n’a pas l’habitude.
Voilà pour ce qui est des principales différences que j’ai pu remarquer. Quant à mon séjour il se déroule toujours pour le mieux, je suis ravie. Je commence à comprendre le norvégien mais j’ai du mal à me lancer pour parler car, là où je vis, les habitants ont un dialecte différent que le norvégien officiel que j’apprends. Je vais bientôt aller à une conférence Erasmus à Trondheim pour parler de mes motivations de ma venue et de mes attentes de ce séjour. Je suis de nouveau en vacances dans deux semaines pour vous donner encore plus de nouvelles !

Pourquoi La Norvège ? Début d’aventure :

Je m’appelle Romane Marteau et je suis en Terminale S au lycée Jean Moulin à Châteaulin. Cette année, j’ai décidé de participer au programme de mobilité longue Erasmus +, qui proposait 3 mois en Allemagne ou 6 mois en Norvège. Le choix a été très vite fait. J’ai donc donné ma candidature pour la Norvège car j’y étais déjà allé au mois de Novembre de l’année dernière, pendant une dizaine de jours, avec ma classe d’Euro anglais, dans le cadre d’un projet de mobilité courte. Mais j’y suis également retournée cet été, toute seule et par mes propres moyens, pour visiter tout le sud de la Norvège pendant 2 semaines dans les style « road trip ». Ce pays m’a tout de suite beaucoup plu pour ce qui est de la mentalité des habitants mais aussi de la beauté des paysages. Ce qui a aussi motivé mon départ, c’est l’envie d’améliorer mon anglais et d’apprendre une nouvelle langue (le norvégien). Je voulais également prendre le temps de voyager, de découvrir un nouveau mode de vie et de rencontrer pleins de nouvelles personnes avant de me lancer dans mes études, où je n’aurai peut-être jamais l’opportunité de réaliser un tel voyage. Mes parents m’ont toujours soutenu dans ma démarche car pour eux aussi ce séjour à l’étranger est une expérience qui peut être que très enrichissante.

Avant mon arrivée en Norvège j’ai déjà eu quelques petits cadeaux qui se sont offerts à moi durant mon voyage ! Et oui, en effet, j’ai eu la chance d’observer une aurore boréale de l’avion entre Amsterdam et Trondheim ! C’était juste magnifique et très impressionnant car nous étions donc à la même hauteur que ce phénomène. J’ai également eu la chance de rencontrer dans l’avion une étudiante française qui fait ses études à Trondheim dans une université d’éco pendant un an, également dans le cadre d’un programme Erasmus. Avant même d’arriver j’avais déjà eu quelques petits conseils de sa part sur « comment s’adapter à ma nouvelle vie ? ». Je suis donc finalement arrivée à Trondheim dans la nuit du 31 janvier, où ma famille d’accueil m’attendait à l’aéroport. Après ma journée de voyage il me restait encore deux heures pour arriver dans ma nouvelle ville pour les 6 prochains mois : Kyrkæterøra. Je suis arrivée à 2h du matin chez moi et je devais directement aller en cours le lendemain à 8h pour commencer ma nouvelle vie. Ce qui m’a le plus frappée quand je suis arrivée c’est surement la quantité incroyable de neige ! J’en n’avais jamais vu autant ! Tous les arbres sont blancs, les lacs sont glacés et on distingue à peine les routes ! Ce qui est bien par contre c’est qu’il a beau faire des températures négatives (-5C°/-10C° pour l’instant) le froid n’est pas ressenti pareil car l’air est beaucoup moins humide qu’en France. Je n’ai donc pas très froid !

Ma première semaine de cours a été très chargée car j’ai été présentée à plein de classes et qu’il fallait que je me charge de récupérer tous mes livres de cours et mon ordinateur. Et oui, ici tous les élèves ont le droit à un ordinateur personnel (j’ai d’ailleurs énormément de mal à écrire avec car le clavier est différent et que l’alphabet norvégien contient trois lettres en plus : Å ; Æ ; Ø) et au code de la wifi du lycée ! Déjà un aspect qui change beaucoup du lycée français. En plus des ordinateurs, les portables sont également autorisés en cours et même conseillés pour les recherches internet. Comme m’a dit le directeur « si les élèves ne veulent pas travailler et préfèrent aller sur des réseaux sociaux c’est leur problème pas le nôtre, nous on a déjà notre métier ! ». Par ailleurs, je suis arrivée une semaine anormale pour les cours car dès le deuxième jour tous les élèves sont restés dormir au lycée pour finir de réaliser un projet à présenter devant un jury, permettant de rendre la ville plus attractive. Toute la nuit nous avons fait des activités comme des cache-caches dans le lycée ou des matchs de foot. Nous n’avons donc pas eu de vrais cours cette semaine ci du faite de ce projet. Cela m’a permis de m’intégrer directement et plus facilement à ma classe, qui est d’ailleurs une classe très ouverte qui m’a accueilli les bras ouverts. J’ai fait de nombreuses nouvelles rencontres avec des personnes très gentilles. La première semaine a donc été assez fatigante pour moi. La deuxième semaine de cours était une semaine relativement normale. J’ai pu assister aux cours que j’allais avoir le reste de l’année scolaire. La deuxième semaine a été extrêmement longue et ennuyante pour ce qui est des cours car pour l’instant je ne comprends pas un mot du norvégien et que tous mes cours sont des cette langue ! Le norvégien est une langue très difficile et très différent du français. J’ai presque 5 heures par semaine de cours de norvégien avec les réfugiés dans une maison d’accueil. J’ai rencontré énormément de réfugiés Syriens avec lesquelles j’ai échangé sur leur vie mais aussi sur la mienne car ils se posaient pleins de questions sur le fait qu’une française comme ait eu l’envie de quitter son pays pour aller dans un pays où elle ne connait pas la langue et où il fait très froid ! Ce sont des conversations très humaines qui me touchent énormément et dont je vais, à mon avis, me souvenir toute ma vie.

En dehors des cours, je dois dire que la première semaine a été très difficile pour ce qui est de l’adaptation à ce nouveau mode de vie très différent du nôtre avec des personnes que je ne connais pas pour l’instant. Je me suis même demandé ce qui m’est passé par la tête pour avoir eu l’envie de partir de chez moi ! Mais cela n’a été que de courte durée car je suis tombée dans une famille tout simplement géniale avec laquelle je m’entends très très bien et dont j’ai pu créer des liens assez forts. J’ai pour habitude d’aller skier (moi qui n’avait jamais skié auparavant !) ou d’aller faire de la luge après les cours et après le dîner (car oui ici le dîner est à 16h30 !). J’ai aussi l’habitude, avec ma correspondante, qu’on se retrouve avec nos amis le soir pour regarder des films. Je vais tous les deux jours à la salle de sport avec ma « maman d’accueil » car elle est prof de renforcement musculaire et de spinnin’ (je n’ai jamais fait autant de sport de ma vie !). J’ai revu pleins de norvégien dont j’avais fait la connaissance grâce au premier programme d’échange du lycée. Je me plais énormément ici maintenant que j’ai mes marques, mes habitudes et de nouveaux amis. Je réalise vraiment de la chance que j’ai quand simplement je regarde par la fenêtre que j’ai vue sur les Fjords. Je ne regretterai jamais d’avoir pris la décision de partir.